Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Dalayrac, Agence immobilière FONTENAY SOUS BOIS 94120

L'actualité de CENTURY 21 Dalayrac

Taxe foncière: qui paye quoi ?

Publiée le 26/08/2017

 

Lors de la formalisation de l'achat d'une maison devant le notaire, une lectrice s'étonne de devoir lui régler une partie de la taxe foncière. Voici les règles.  

Le témoignage de notre lectrice : Je viens d'acheter une maison. Dans le détail des émoluments du notaire figure la part de la taxe foncière que je verse au vendeur pour la période d'entrée en jouissance du bien. Ne puis-je pas la payer directement ? Vais-je devoir verser des droits de mutation sur cette somme ?  

Traditionnellement, l'acheteur payait directement au vendeur la part de taxe foncière une fois que ce dernier avait reçu l'avis d'imposition pour l'année de vente. Aujourd'hui, certains acquéreurs refusant après coup de régler leur dû, le notaire leur réclame leur part de taxe en prenant pour base les derniers impôts fonciers connus et la reverse au vendeur avec le prix de vente.  

Pas de droits en plus

Il n'y a là rien d'illégal. Pour autant, vous ne serez pas soumis aux droits de mutation de 5,80 % sur cette somme. Le notaire ne liquide les droits que sur le prix de vente mentionné dans l'acte. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il englobe le montant de taxe foncière dans les émoluments qu'il vous demande, émoluments qui ne sont pas intégrés aux droits d'enregistrement. 

 

En fait, la taxe foncière ne pourrait supporter ces droits que si vous assumiez le paiement de sa totalité. Elle est alors assimilée à une charge augmentative du prix. 

Notre actualité